Services publics ou robots d’Etat ?

Posté par shugyo 21 le 22 décembre 2007

Services publics ou robots d’Etat, la question mérite d’être posée. Car si nous savons depuis Nietzsche que -je cite- l’Etat est le plus froid de tous les monstres froids, nous ne manquons pas de constater que (au niveau de la DGI ou de toute autre administration à qui le citoyen ordinaire doit quelque chose) l’usage massif de l’informatique, et donc de la logique binaire, ne contribue aucunement à réchauffer ce monstre-là.

Je ne nierai pas que l’informatisation rend de grands services. Ce que je remets en question, c’est l’abolition du jugement humain que cette informatisation entraîne, trop souvent en parfaite contradiction avec la réalité.

Radiations abusives, retards ou suppressions de paiements attendus,  prélèvements bancaires excessifs, erreurs grossières et non rectifiées… pour ne citer que quelques exemples, voilà le lot quotidien des administrés français au 21ème siècle.

En contrepartie ? Rien ! Ou alors, le pire : non seulement l’Etat et ses services portent préjudice, mais encore est-il dit que ce préjudice est normal ou légal. Et quant à faire rectifier une erreur, mieux vaut ne pas y compter – l’Etat ayant toujours raison.

Curieuse façon de penser et de faire dans un pays qui s’est donné récemment un président et un gouvernement libéraux. Si c’est cela le libéralisme, que doit être la dictature ?

Publié dans Drames quotidiens, Humeurs, Sur le fond | Pas de Commentaire »

Franchise sur l’aide juridictionnelle

Posté par shugyo 21 le 16 novembre 2007

Ce que l’on oublie de dire surtout dans la presse nationale, c’est que si les montants de dotation à l’aide juridictionnelle ont explosé en quelques années, ce n’est pas la faute des justiciables.

Mme le Garde des Sceaux, ayant été juge d’instruction, devrait le savoir.

La dotation de l’aide juridictionnelle a explosé parce que l’accès à la justice est long, compliqué et coûteux d’une part, et parce que de plus en plus de procédures judiciaires nécessitent le recours au ministère d’avocat d’autre part. (Soit dit en passant, cette dérive entraîne d’autres conséquences, mais ce n’est pas le sujet).

Simultanément et sur la période de référence, le niveau de vie en France a beaucoup baissé ou s’est maintenu tant bien que mal – ce qui n’a pas empêché le renchérissement non contrôlé de bon nombre de services et de produits.

Les Français qui tiennent un avocat en permanence au bout de leur ligne téléphonique sont les mêmes que ceux qui se font soigner dans des cliniques privées.

On appelle cela le régime des privilèges (au sens étymologique : « lois privées »). Et évidemment, ce régime s’applique indistinctement à tous les Français, sous l’égide du principe républicain d’égalité.

Avoir un besoin impératif d’un spécialiste est une chose. Pouvoir le payer en est une autre !

Publié dans Humeurs, Perspectives & vues courtes, Sur le fond | Pas de Commentaire »

Starisation et vulgarité

Posté par shugyo 21 le 24 octobre 2007

De nos jours, et depuis quelques décennies déjà, la moindre petite starlette qui veut monter en notoriété passe par la case Vulgarité.

Entre articles plus ou moins osés (et commandités) et photos révélatrices de plastique, il faut absolument maintenir une pression au niveau médiatique, ceci dans le droit fil du slogan  : « Qu’on parle de moi en bien ou en mal, mais qu’on parle de moi ».

Je vais donc m’abstenir de citer des noms pour ne pas ajouter ma contribution à ce cirque.emoticone

Au-delà de cette évidence incontournable, il n’est que de constater la pauvreté de ce que nous apportent ces personnes qui, pour être « belles » et « intelligentes » (ou tout autre qualificatif positif), restent de purs produits du système des média.

Ce système fonctionne avec pour but le profit, comme n’importe quelle entreprise qui se respecte. Certes !

Mais des excréments, parfumés à n’importe quelle sauce, restent des excréments !

La sauce peut bien être considérée comme une valeur ajoutée… le dégoût devant le plat n’en demeure pas moins.

Ce que je soupçonne à titre personnel et qui concerne notamment la France, c’est que la notoriété par voie de starisation sert surtout à assurer une certaine esthétique pseudo-classique à des réalités très crues.

Et que certain(e)s en profitent pour faire de l’argent, au prix de cette âme dont ils/elles ignorent jusqu’à l’existence.

Afin que vivent la superficialité et le non-questionnement.

Publié dans Humeurs | Pas de Commentaire »

 

oser |
Ultrarésistance |
Tu l'as dit, Souris! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Le blog de la procrastinati...
| BILAOGY
| LA GRANDE GUERRE 1914-1918